MONTAVOIX

Refuge : schuilplaats, toevluchtsoord, vluchtheuvel, schuilhut. Chercher refuge : een schuilplaats, toevlucht zoeken. refuge (Fr.), v.(m.) (-s), (veroud., hist.), 1. wijkplaats; 2. uitwijking. Refuge: (latin refugium) -Lieu, endroit où quelqu'un qui est poursuivi ou menacé peut se mettre à l'abri. -Simple abri ou construction en dur plus confortable. contact: Wim Cuyvers, wimcuyvers@wanadoo.fr

Ma Montagne est ainsi. Attachement au sol et aspiration au départ. Lieu de refuge, lieu de passage. Terre du lait et du miel et du sang. Ni paradis ni enfer. Purgatoire.
Amin Maalouf, Le Rocher de Tanios

CONTENT . CONTENU . INHOUD

- DE WEG NAAR . THE WAY TO . LE CHEMIN VERS
- ERRANCE
- IMAGES
- ZICH ZWIJGEN
- LANDSCAPES . LANDSCHAPPEN . PAYSAGES
- BEGGING . BEDELEN . MENDIER
- NOUVELLE ECOLE ARCHITETURE
- THANK YOU . MERCI
- MOMENTEN EN RUIMTES
- FLORA - FLORE - FLORA
- REFUGE
- MOMENTS AND SPACES
- PUBLIEKE RUIMTE . PUBLIC SPACE . ESPACE PUBLIC
- INTERIEUR . INTERIOR
- A VENDRE . TE KOOP . FOR SALE
- MARENGO
- MUSHROOMS . CHAMPIGNONS . PADDESTOELEN 

- POOR BEING POOR
MESSAGES ARE NOT IN CHRONOLOGICAL ORDER. PLEASE LOOK ALSO IN THE ARCHIVE  ('ARTICLES PLUS ANCIENS', at the bottom of this page).

INTRODUCTION

Having designed spaces (mainly houses and schools) in which I thought one might be able to think about the fatality – after having walked, forced by protocols, often together with students, through cities after wars or in trauma: looking for public space, as I had realized more and more that only public space can be the existential space that I was aiming for, after having (ab)used art contexts to install public space, as I’m convinced that true contemporary art is public space, now, at this moment, there only remains this one try (it’s not a project), there’s only one - not different from life, to start a refuge in the woods of a mountainous area in the French Jura, next to the city of Saint Claude. At first glance it seems to be an abandoned natural environment but in fact it’s an urban region that is called by investors, developers and politicians: Plastipolis or La Plastics Vallée, where in between the CERN , the worlds largest particle accelerator in Geneva , on the one side and on the other extremity the ITER , the experimental fusion power reactor, in Cadarache a very large stretched out contemporary city is developing as an endless long ribbon city in the valleys from Geneva, over Saint-Claude, Oyonnax, Lyon, Grenoble to Valence, where young active researchers are working in new technologies, and are living in individual houses and spend their spare time on leisure activities in the surrounding mountains.
-The refuge turns out to be the most public building: it’s the only public building that doesn’t have to be accessible for the fire patrol and thus for police forces, the door has to remain open, the door has to turn inwards: it’s an inviting door.
-One will have to walk from and to the refuge.
-The refuge is in no way an institutional, not even an associational project.
-The individuals that live for the time being in the refuge will make a living by working in the wood, they are ‘forestieri’. ‘Forestieri’ is the word that Agamben uses in his original, Italian text for ‘refugee’, ‘stranger’ .
-The ‘guardians’ of the refuge will be young 'criminals'.
-The refuge is not a leisure place.
-I consider the wood, which is next to the city as a contemporary, actual public space.
-Refuge – refugee.
-In the refuge one will ‘talk’ by means of space.
-The building of the refuge is historically called ‘Le Montavoix’: the mountain with a voice.
-Everybody is welcome to help in the refuge.
-Please help the refuge to exist.

ERRANCE

Je crois qu’on peut faire une errance fixe, immobile. On peut être dans l’errance en restant toujours dans le même lieu. Il n’est pas nécessaire de bouger.
Raymond Depardon, Errance, pag. 181.

DE WEG NAAR . THE WAY TO . LE CHEMIN VERS


Pour vous rendre sur les lieux, il faut prendre la sortie de St-Claude direction Genève, passer l’intersection avec la D 124 en continuant sur la D436 puis prendre le premier chemin sur la gauche (juste avant le pont) ; avancer sur ce chemin jusqu’à un pont qu’il faut franchir et vous pouvez vous garer juste après (ou juste avant quand votre voiture est basse) ; prendre ensuite le chemin à pied à la patte d’oie prendre sur la gauche le chemin qui longe la rivière et le suivre environ 20 min. Vous traversez un champ, juste après le champ quitter le chemin, c'est à dire: prendre le chemin qui va tout droit dans le bois, pas continuer sur le chemin qui tourne à 90°, le chemin que vous prenez part tout droit, vous croisez une ligne à haute tension indiquée sur le plan, vous continuez, vous passez à la source et vous arrivez au refuge.
Montavoix ligt dicht bij de stad Saint-Claude (het postnummer is 39200, voor wegbeschrijvingen via internet of GPS komt dat nog al eens van pas) in de Franse Jura. Je moet vanuit het centrum van Saint-Claude de weg naar Genève nemen, je komt aan een splitsing met de D124 (richtingBelleydoux -  La Pesse), je slaat niet af in die richting maar je blijft verder rijden op de D436, vervolgens neem je de eerste (keien)weg links, dat is vlak voor een brug over een rivier in een haarspeldbocht. De weg loopt meteen het bos in. Je volgt de weg ongeveer tweehonderd meter, tot aan een metalen brug, die ziet er wat krakkemikkig uit, maar je kunt er met een auto overheen rijden (oppassen dat je je uitlaat niet beschadigt). Net over dat bruggetje is er een grasveldje waar je de auto (als je al met de auto komt) kan parkeren. Vervolgens loop je langs de rivier omhoog, na goed honderd meter kom je aan een splitsing, je slaat links af (het gaat van hieraf bergop en dat is voor de volle duur van de wandeling), je blijft de keienweg volgen (zo'n twintig minuten wandelen), ook door een wei, tot je aan een bocht komt die 90° naar rechts draait, onmiddellijk na de wei waar je doorheen gelopen bent, in die bocht vertrekt er echter ook een pad het bos in (in het verlengde van de weg die je aan het wandelen was), die moet je hebben. Na een tijdje loop je onder een hoogspanningsleiding door, blijven doorlopen tot je aan het huis uitkomt (in totaal ongeveer 40 minuten lopen vanaf de plek waar je de auto kan parkeren). Als je met het openbaar vervoer komt loop je best van het station van Saint-Claude tot aan het rugbystadion (Stade du Serger), voorbij het stadium lopen en na het laatste huis aan de rechtse kant van de weg een smal pad inslaan (richting fontaine des oiseaux), volgen tot aan een brug over de rivier, de brug oversteken, een smal steil paadje recht omhoog volgen tot je op een keienweg uitkomt, daar naar links. Je blijft de keienweg volgen (zo'n twintig minuten wandelen), ook door een wei, tot je aan een bocht komt die 90° naar rechts draait, onmiddellijk na de wei waar je doorheen gelopen bent, in die bocht vertrekt er echter ook een pad het bos in (in het verlengde van de weg die je aan het wandelen was), die moet je hebben. Na een tijdje loop je onder een hoogspanningsleiding door, blijven doorlopen tot je aan het huis uitkomt (in totaal ongeveer 40 minuten lopen vanaf het rugbystadion). 

To get there from the city of St-Claude take the direction Geneva, pass the intersection with the D 124 by continuing on the D436 then take the first road on the left (just before the bridge); Advance on this road until you reach a bridge and you can park right after (or just before when your car is low); walk up from there, hundred meters further you turn to the left, you walk for about 20 minutes, till you’ve passed a prairie, after the prairie, the main path turns to the right, don’t continue on this path, but take the path that goes straight into the forest, you will cross a high voltage line indicated on the map,  continue, you’ll pass at the spring and you will arrive at the refuge.
 

ZICH ZWIJGEN


“En als we in plaats van hen te leren spreken eens zouden leren om zelf te zwijgen? Als we ons aan de kant van de delinquenten, van de gekken, van de scholieren scharen dan worden de justitie, de school, het asiel grotesk; wel als we ons aan de kant van de stommen zetten dan wordt de taal grotesk.”
Fernand Deligny (1945, Graine de crapule)
Alsmaar minder kan ik verstaan waarom wij zo veel praten. We lijken altijd en overal over alles en nog wat te willen spreken: in winkels en cafés, terwijl we eten, voor we inslapen, in de auto, in de trein, bij vrienden of bij vreemden, tegen onze kinderen, tegen onze ouders. We vertellen grappen, we vertellen wat we zagen op de televisie: hele series en films worden verteld. We hebben het over het weer en over onze ziektes en kwalen. We voeren telefoongesprekken, we discussiëren in lezingen, voordrachten, en conferenties, we ratelen en we tateren onophoudelijk, in dialecten, in onze moedertaal, in vreemde talen, in gebarentaal, in geschreven taal; de digitale middelen hebben daar enkel een schep bovenop gedaan: we skypen en we bloggen nu ook nog. We spreken om te hebben, om te houden, om te krijgen, om te kunnen verkopen, om te verleiden en te behagen, om bemind te worden, om verkozen te worden, om te overtuigen: verkoperspraat en salestalk. Het spreekwoord ‘spreken is zilver, zwijgen is goud’ heeft het verkeerd: spreken is de meest banale zoektocht naar het goud. We schreeuwen onze angsten uit en betuigen onze liefde, we weeklagen en we treiteren, we schelden en we slijmen, we jammeren en we zingen. We lallen en argumenteren, we fluisteren en we krijsen, we vloeken en we smeken, we babbelen en we kwebbelen, we kouten en we kletsen en leuteren opdat de bakkersvrouw, de dienster in het restaurant, de buschauffeur of de politieman of de studentin ons sympathiek zouden vinden, of opdat zij medelijden of mededogen zouden hebben. We schelden en we zeuren, zonder dat we enige illusie hebben dat onze woorden zouden aankomen of enig effect zouden hebben. We zingen en we stotteren, we roepen en we tieren, we steken redevoeringen af, we debiteren, we proclameren en we lispelen verontschuldigingen. We haten onze eigen stem, maar we blijven tateren en tetteren om de leegte van de stilte in ons hoofd te vullen.
Ik hou van het Franse werkwoord se taire: ‘zich zwijgen’, zoveel juister dan ons ‘zwijgen’ of het Engelse ‘to shut up’, en ik hou net zo van het Franse werkwoord se promener, of se balader: ‘zich wandelen’. ‘Zich wandelen’ is niet wandelen voor de sport, voor de prestatie, voor de gezondheid. ‘Zich wandelen’ is niet wandelen om ter verst of om ter hoogst, ‘zich wandelen’ is niet wandelen om de hond uit te laten. ‘Se balader’ is een synoniem voor ‘balader sa peine’, zijn eigen (nood)lot wandelen, zijn eigen straf wandelen: ronddolen en dwalen in zichzelf en in de wereld. Het doet er niet toe of we altijd opnieuw dezelfde weg wandelen of dat we rondstruinen op plaatsen waar we nooit eerder kwamen, in beide omstandigheden is het mogelijk om te dolen. Wie zich wandelt, spreekt niet; hij of zij zwijgt zich. Se balader en se taire zijn wederkerige of, beter nog reflexieve werkwoorden: ‘werkwoorden die je terugkeren naar jezelf’, werkwoorden die ons weerspiegelen in onszelf. Sporten verhoudt zich tot ‘zich wandelen’ zoals spreken zich verhoudt tot ‘zich zwijgen’.
‘Wovon man nicht sprechen kann, darüber muss man schweigen’, zei Ludwig Wittgenstein. Ik kan daarbij alleen maar de vraag stellen waar we wél over zouden kunnen spreken, waarover we niet zouden moeten zwijgen. Als iemand zwijgt, wil dat niet zeggen dat hij boos zou zijn, of kwaadaardig of hoogmoedig, of verdrietig of chagrijnig. Sommige vrienden of oude koppels kunnen zwijgen: zonder scrupules, zonder bijgedachten kunnen ze naast elkaar zitten en kijken naar het verkeer, of naar een paar kippen die scharrelen in het stof, dingen die niet interessant of uitzonderlijk zijn en die ze al heel dikwijls gezien moeten hebben. Vuur lijkt de capaciteit te bezitten om ons te doen zwijgen; bij het open vuur overkomt het ons blijkbaar wat vaker dat we zwijgen. Sommigen kunnen de liefde bedrijven zonder te spreken. Sommigen kunnen zwijgend werken, naast elkaar, zonder te spreken, sommigen kunnen samen wandelen, zonder te spreken. Men is ongetwijfeld meer verbonden in het zwijgen dan in het spreken. Het zwijgen is wat we gemeen hebben. Zwijgen is publiek spreken. Zwijgen om te zijn.
En neen, ik bedoel niet dat we zouden moeten zwijgen om beter te kunnen mediteren of transcenderen. Ik heb het niet over stilte en ik ben niet op zoek naar stilte: stilte is de afwezigheid van geluid, niet de afwezigheid van taal of spreken. Ik herinner me dat ik ooit in een treincoupé vol doofstommen zat, het was er muisstil, maar de ruimte van de treinwagon was vol van hun geluidloze getater. Zwijgen is de niet-taal van de ruimte, van de pure ruimte, van gebouwen die tot niets dienen: lege structuren, met daken, wanden, vloeren, kolommen, ruïnes, gebouwen die alleen maar ruimte zijn, maar ook open plekken in een bos, paden waar niets echt gedaan wordt, waar mensen doorheen lopen, zich wandelen, niet spreken, zich zwijgen, permanent, waar mensen elkaar soms aanraken, soms tegen elkaar aanschurken, maar niet spreken.
Die ruimte, die niet geprivatiseerd wordt, is de ware publieke ruimte. Als we echt publieke ruimte willen, zullen we moeten plaats maken, in de beide betekenissen van het woord: plaats en ruimte, enerzijds vrijplaats en vrije ruimte maken, en anderzijds plaats ruimen en niet langer plaats innemen, niet langer plaats bezetten of innemen, ook en vooral niet met onze woordenstroom. We zullen zwijgend in de ruimte moeten zijn om plaats te maken. Om plaats te laten zullen we moeten zwijgen. De ruimte die vrij is van het getater van individuen, de ruimte die niet ingenomen is, die niet geprivatiseerd is door gepalaver, is publieke ruimte. Zwijgen is publiek spreken. Niet alleen omdat we door niet te spreken, ruimte vrij laten, maar vooral omdat we door niet te spreken een ontvankelijke ruimte creëren, en meer nog omdat we door zwijgend in de ruimte te zijn het diepe verlangen naar contact dat tussen ons zindert, kunnen gewaar worden en koesteren.
De meest existentiële momenten van ons leven spelen zich af in de publieke ruimte, op die plaatsen waar we komen in momenten van verwarring, van angst en van schaamte. Daar waren mensen voor ons en er zullen er na ons komen. Zij die er eerder waren lieten er sporen na. Enkel en alleen door naar die plaatsen te gaan. Zij maakten, ongewild en zonder na te denken, een pad. Zij zochten een hek, een muur, een haag, een boomkruin, die hen, voor een ogenblik, de illusie van beschutting kon bieden. Hun sporen en die van ons zijn identiek, de sporen maken het ons mogelijk om naar die plekken te gaan. Ze geven ons een schouderklop en maken de ruimte ontvankelijk; we beseffen hoe identiek wij die ruimtes wel begrepen hebben. En geen kreet, geen woord, geen zin leidt ons van dat besef van gemeenschappelijkheid weg.
Het zijn de sporen die ons zeggen dat onze voorgangers een zelfde angst of een soortgelijk verlangen hadden als die van ons. De schouderklop van de sporen maakt de ruimte ontvankelijk, we beseffen hoe identiek wij die ruimtes wel begrepen hebben. Geen woord, geen zin, geen kreet heeft ons van die gemeenschappelijkheid weggeleid.

Wie zwijgt, speelt niet de zelfverzekerde, houdt niet de schijn van de ‘almachtige’ op, laat zich niet afleiden van zijn eigen zwakte, van zijn eigen angsten, van zijn eigen schaamte, maar concentreert er zich juist op. We vergeten ons hele leven lang niet hoe we als kind op de dag van de familiefeesten onder de tafel kropen, binnen de beschermende balkvormige ruimte die gevormd werd door het diep doorhangende tafellaken. Dat soort ervaringen hebben kinderen over heel de wereld, overal ter wereld zijn ze muisstil, vlakbij de volwassenen, die schranzen en zwelgen en gore grappen vertellen. Het kind onder de tafel laat niet van zich horen, zwijgt en bouwt een gemeen begrip op dat het levenslang niet zal kwijtspelen. Het kind van toen zal zich vijftig jaar later misschien niet meer die ene specifieke ruimte herinneren, maar wel de abstracte kwaliteiten van die ruimte. Die zal het verinnerlijkt hebben en op ogenblikken van nood, momenten dat het lijf de maatschappelijke normen moet overtreden, zal het soortgelijke plekken opzoeken. Die verinnerlijkte kennis, dat her-kennen van die ruimtes delen we met anderen, niet alleen mensen van onze eigen cultuur, maar met mensen wereldwijd.
De ruimtelijke wijsheid die we verinnerlijkt hebben is niet cultuurgebonden maar universeel: de taal scheidt ons, maar via de ruimte kunnen we zonder ruis met elkaar zwijgen. Het graf is dé ruimte die we gemeen hebben: de ruimte van het zwijgen. Laat ons zwijgen als het graf: être muet comme la tombe. In een consumentenwereld van gekakel van opbieden en afdwingen is zwijgen, ook al is het niet zo bedoeld, een daad van verzet, verzet tegen de organisatie van de wereld van de consumenten zoals wij die kennen. Maar tegelijker is zwijgen de acceptatie van een zinloze condition humaine. Hoe ridicuul is het om op te roepen om te zwijgen: als je wil zwijgen moet je zwijgen. Als we nu eens eindelijk konden zwijgen. Ik denk niet dat psychoanalytici gelijk hadden toen ze stelden dat we slechts mens worden door de taal, maar mochten ze toch gelijk hebben, dan verkies ik, in plaats van het door tateren tot mens geworden beest, het dierlijke van het zwijgen: zwijgen om te zijn.

Wim Cuyvers

LANDSCAPES . LANDSCHAPPEN . PAYSAGES









BEGGING BEDELEN MENDIER

MONTAVOIX IS LOOKING FOR:

BUILDING MATERIALS

-long screws
-long nails
-white paint for outside, oil and varnish for wood

-ropes (thick and thin), tape
-cement
-chalk
-vice

-buckets
-gloves
-ear protections
TOOLS FOR GARDENING
-shovel, rake, hayfork…

-garden shears
TOOLS FOR WORKING IN THE FOREST
-strong chains and steel cables
-epdm rubber to cover the fire wood
-biodegradable oil for the chain saw
-unleaded petrol 95
-(used) caving or mountaineering ropes
TOOLS FOR THE KITCHEN
-heavy cooking pots to cook on the woodstove
-cups
-towels
FOOD
-all kind of food that can be stored without cooling
CLEANING PRODUCTS
-black soap
ENERGY
-a stirling engine, functioning on wood

-solar lamp
MONEY
MANPOWER
DICTIONARIES

MONTAVOIX ZOEKT:

BOUWMATERIALEN

-lange schroeven
-lange nagels

-witte buitenverf, olie en vernis
-touwen (dik en dun) en lint
-stroomgenerator
-cement
-kalk

-emmers
-werkhandschoenen
-oorbeschermingen
MATERIALEN VOOR HET WERK IN DE TUIN, DE WEIEN
-schoppen, harken, rieken...

-snoeischaren
MATERIALEN VOOR DE BOSONTGINNING
-zware kettingen en stalen kabels
-epdm folie of dergelijke voor het afdekken van brandhout
-biologische kettingolie voor de kettingzaag
-loodvrije benzine 95
-(gebruikte) speleo- of klimtouwen
MATERIAAL VOOR DE KEUKEN
-pannen en potten, waterketel, met dikke bodem om te koken op de houtkachel
-kopjes
-keukenhanddoeken
ETEN
-eetwaren die goed bewaren
SCHOONMAAKPRODUCTEN
-zwarte zeep
ENERGIE
-stirling motor die werkt op hout

-lamp op zonneenergie
GELD
MANKRACHT
WOORDENBOEKEN

MONTAVOIX CHERCHE :

MATERIAUX DE CONSTRUCTION
-tuiles, marque ‘Perrusson’, type: à la 9ième écluse, Lécuisses
- visses (longues)
- clous (longs)

-peinture blanche pour extérieur, vernis, huiles
-cordes (fines et grosses), sangles
-groupe électrogène

-seaux
-gants de travaille
-protections pour les oreilles
POUR LE TRAVAIL DANS LE JARDIN
-pelles, râteaux, fourches
-faucheuse pour cheval
-sécateurs
POUR LA CUISINE
-casseroles et poêles pour cuisiner sur la poêle à bois
-tasses
-torchons
PRODUITS D’ENTRETIEN
-savon noir
ENERGIE

-moteur Stirling au bois
-lampes solaires
ARGENT
FORCE MUSCULAIRE
DICTIONAIRES

NOUVELLE ECOLE ARCHITECTURE


 

 

NOUVELLE . ECOLE . ARCHITECTURE

ECOLE . NOUVELLE . ARCHITECTURE

ARCHITECTURE . NOUVELLE . ECOLE

ECOLE . ARCHITECTURE . NOUVELLE

ARCHITECTURE . ECOLE . NOUVELLE

NOUVELLE . ARCHITECTURE . ECOLE


Entre les mots « nouvelle », « école » et « architecture », on peut imaginer tous les préfixes, toutes les prépositions possibles : par, pour, de, dans, à travers, entre, et, avec,… Je veux  demander d’essayer d’ajouter ce genre de mots entre ces mots « nouvelle », « école », « architecture » et de changer l’ordre de ces trois mots tout le temps.

-Cet espace public n’est pas du tout un non-lieu ; c’est le contraire d’un wasteland ou d’un terrain vague. C’est vraiment un lieu, un endroit où on va, un espace qu’on n’oublie pas, qu’on garde en tête. Un espace qu’on reconnait - reconnait de re-connaître. C’est-à-dire qu’on connait de nouveau, qu’on semble avoir connu avant (quand on était petit et moins socialisé), ou peut-être mieux encore, parce qu’il y avait déjà d’autres personnes avant nous qui avaient bien connu cet endroit.  

-Nouvelle : (1) Nom féminin : annonce d’un événement qui s’est passé récemment, la nouvelle du jour, avoir des nouvelles, prendre des nouvelles. « C’est une bonne nouvelle ». Synonymes : annonce, bruit, écho, information, récit, roman, scoop. (2) Nom féminin : Dans la littérature : récit bref qui réclame l’unité de la narration et l’unité de l’effet. (3) Adjectif : qui vient d’apparaitre, qui est apparu depuis peu, qui est tel depuis peu de temps, qui vient de se produire et diffère de ce que l'on connaissait antérieurement, qui reflète des idées, des théories, des procédés nouveaux, qui innove. Période de renouvellement complet des idées, des valeurs, des mœurs, que l'on ne connaissait pas encore, que l'on vient de découvrir; dont on n'avait pas l'habitude. Qui est autre.

 - Apparemment on ne l’a pas compris, on ne l’a pas senti, on ne l’a pas remarqué. Tout d’un coup, la condition humaine a changé, et ça depuis la digitalisation. La digitalisation n’est pas juste la « n-ième » révolution technique. Non. Je ne trouve pas de mots qui seraient mieux adaptés : la digitalisation ecect fondamentalement changé la condition humaine. C’est comme si tout d’un coup la gravité n’existait plus. Depuis la digitalisation mondialisée et généralisée, la prison universelle est installée. L’hyper-capitalisme a réussi à installer le rêve du communisme stalinien : tout le monde contrôlé, tout le monde contrôleur. Pour faire court, cela nous est tombé dessus en soixante-dix ans (du Z3 calculateur électromécanique en 1941 jusqu’au smartphones - généralisés entre 2005 et aujourd’hui. Une fois la condition digitale installée - et voulue par les prisonniers, tout le monde est en permanence contrôlé ou du moins peut être contrôlé à chaque moment. À partir de là, l’espace public n’existe plus.

-Nouvelle . Architecture . Ecole est surtout un lieu, un lieu qui a continué d’exister après l’installation de la condition digitale, qui veut exister après l’installation de la condition digitale. Pourtant, il n’y a pas la moindre illusion qu’on puisse être capable de nier cette nouvelle condition humaine : la condition humaine s’impose et on subit. La seule chose qu’on puisse faire c’est de chercher à se confronter maximalement avec cette nouvelle condition – de ne pas nier cette condition.

- Les écoles sont détestables, mais ce sont les écoles qui permettent aux enfants de quitter la maison. Entre l’école et la maison, il y a un chemin et un temps, là l’enfant est moins contrôlé: c’est ce chemin et ce temps qui est important - le chemin et tout ce qui est à côté du chemin qui mène de la maison à l’école. 

-L’école est un espace physique, tridimensionnel, un lieu où on peut aller. Le chemin entre la maison et l’école est un chemin d’errance. L’enfant traine, il ne veut pas aller à l’école, il ne veut pas retourner à la maison, il s’infiltre dans une maison abandonnée à côté du chemin.

-L’école est un espace tridimensionnel, physique, un lieu où on peut aller. Sur ce chemin vers l’école, en errant vers l’école, on voit d’autres endroits, des lieux où on s’arrête, où on reste. Et on sait que d’autres enfants, d’autres jeunes, d’autres gens, sont passés là, avant nous. Qu’ils se sont arrêtés au même endroit que nous. Ce plaisir est comparable au plaisir qu’on peut ressentir au moment où on trouve un objet à son endroit. Ce plaisir nous arrive seulement quand l’objet a trouvé une place évidente et juste.

-Dans cette Architecture . Nouvelle . Ecole, on se balade, on se promène. J’aime beaucoup cette forme des verbes promener et balader. En Français, ces verbes sont pronominaux, pas en Anglais ou en Néerlandais. Là, on dit : he walks, hij wandelt, en Français on dit il se ballade, il se promène. La grammaire française confirme ce que je pensais. Ça dit : « Le verbe pronominal a le sens réfléchi s'il marque que l'action se réfléchit sur le complément qui représente le sujet ». Le sens réfléchi montre que la balade et la promenade sont des actions existentielles.

-Dans Ecole . Architecture . Nouvelle on promène sa peine, peine dans tous les sens du mot : punition, effort, chagrin, souci,… On se promène. Dans Ecole. Nouvelle. Architecture, on ne se balade pas pour sortir le chien, pas pour prendre de l’air. On se balade tout le temps, perpétuellement : pour aller chercher de l’eau, pour aller chercher du bois, pour cueillir des champignons, pour cueillir des framboises ou des mûres, pour ramasser les pommes sauvages, pour aller écouter les chouettes, pour aller écouter la ligne à haute tension, pour aller voir quelqu’un, pour ne plus voir personne, pour parler, pour aller, pour se taire. En se baladant, on fait, on crée, on invente … ou non, il est plus approprié de dire : on retrouve, on dé-couvre, on entretient les sentiers. Les sentiers de l’école.

-Une école est une architecture vide. Nouvelle . Ecole . Architecture est le degré zéro de l’architecture. 

-Dans Architecture . Nouvelle . Ecole il n’y a pas de logos – il n’y pas d’emballages.

-Ceux « qui sont là » – avant, on les aurait appelé « étudiants » et « professeurs » - sont des mendiants. Du moins, ils ont cela en commun.

-Dans cette école, on s’accompagne dans l’errance : le compagnonnage de l’errance.

-L’école est sans mobilier. C’est-à-dire, il n’y a rien de mobile : la table et les bancs sont trop lourds pour être déplacés, le plan de travail a été fixé dans le mur. Les arbres, les roches : tout y est architecture, est considéré comme architecture. -Il n’y a pas d’inscriptions, pas de pancartes qui disent ou interdisent.

-Dans Nouvelle . Ecole . Architecture l’architecture est la pédagogie.

-Nouvelle. Architecture . Ecole est entretenue par un  janitor, personnage gris, ni professeur, ni directeur, ni étudiant. Le janitor y  développe une praxis : pratique, dirigée et orientée par une réflexion, une théorie - la théorie et la réflexion proche de l’intuition -, guidée par la pratique. Autrement dit : tracer en réfléchissant sur ces traces. Entre vita contemplativa et vita activa.

-Dans l’Ecole . Nouvelle. Architecture, on se tait ; on essaie de se taire, de ne pas parler. A l’époque, on aurait sans doute dit « de ne pas bavarder ». Se taire : en français verbe pronominal ; sens réfléchi.

-Fernand Deligny (1945, Graine de crapule) : « Et si au lieu de leur apprendre à parler, nous apprenions à nous taire ? Quand on se met du côté des délinquants, des fous, des lycéens, la justice, l'école, l'asile, ont une drôle de gueule ; eh bien, de la même façon, quand on se met du côté des mutiques, c'est le langage qui a une drôle de gueule ».

-Dans cette école, il n’y a pas de groupes d’étudiants, pas de classes, même pas des couples, il y a des individus. Des « quelques-uns ». 

-Dans cette école, on n’apprend pas un métier, on n’y apprend pas la maîtrise. La maîtrise n’y est pas transmise, même pas l’amour pour le matériel d’un artisan : on y fait de l’espace public. On y est dans l’espace public, dans l’espace existentiel, de façon permanente. On ne peut pas être expert de l’espace public. On s’expose, on se met à nu, on se montre, vulnérable, le plus vulnérable possible. Le maître ne peut pas y démontrer son amour pour le matériel. C’est seulement l’exposition de l’un à l’autre qui est envisagée : les vulnérabilités y sont mises sur la table ; la table qui est trop lourde pour être déplacée.

-Dans Nouvelle . Architecture . Ecole, on réfléchit avec les mains sales et les habits sales. On avait oublié qu’il était possible de penser avec les mains sales.

-L’école, la vraie école lie temps et espace. « Zum raum wird hier die zeit », « ici le temps devient espace » (Gurnemanz, Parsifal, Richard Wagner). Dans Ecole . Architecture . Nouvelle, le temps devient espace, « Zum offentlichen raum wird hier die zeit ». Dans Nouvelle . Architecture . Ecole, le temps devient espace public. Tout le temps consacré à cette école devient espace public.

-Dans cette école, on fait de l’espace en traçant, en laissant des traces. On ne fait pas des inventaires des mouvements de ceux qui sont là, mais on fait, on construit l’espace en traçant. Les traces sont le matériel de l’espace public.

-Il n’y a pas de confort dans Architecture . Ecole . Nouvelle.

-Cette école est un espace public pour les étrangers, ceux qui ne maîtrisent pas la langue, ceux qui ne sont pas intégrés, ceux qui sont étranges, ceux qui se baladent dans le bois.

-L’école est sans destination.

-Cette école ne peut pas être habitée, elle ne peut pas être une maison, ceux qui y viennent n’y sont jamais chez eux. Même le janitor n’y habite pas.

-L’école trouve sa place parmi nous : ce n’est pas un endroit où nous nous trouvons, où nous pouvons nous toucher les uns les autres, ce n’est pas un endroit où nous pouvons nous unir, un endroit où nous pourrions devenir un mouvement ou une communauté. Nous n’avons rien en commun, mais il existe un lieu commun entre nous.

-Cette école fait apparaître l’impossibilité de rapprochements entre ceux qui y passent : entre eux se dresse l’architecture (non seulement les bâtiments, mais l’espace fait et pensé). L’architecture froide et abstraite. Entre ceux qui y passent, se dressent des rituels, des mots et des gestes abstraits. Leurs aspirations réciproques remplissent l’espace. Leurs aspirations remplissent le même espace, jaillissent dans le même espace, mais sans jamais pouvoir être satisfaites. Dans Nouvelle . Ecole . Architecture se répètent les mêmes rituels à l’infini. On n’y recherche pas l’originalité. L’acte rituel ne peut pas être original, pas plus que le plan archétypique.

-Ecole . Architecture . Nouvelle est inconfortable, froide, brute, inefficace, fatigante.

-Ecole . Nouvelle . Architecture est un espace sans but, qui ne rapporte rien. Au contraire : Ecole . Nouvelle . Architecture est l’espace de la perte.

-Architecture . Nouvelle . Ecole est un engagement personnel. Ceux qui y viennent s’engagent personnellement. Elle n’est pas née d’une initiative associative. On y est hors institution.

-L’espace d’Ecole . Nouvelle . Architecture est muet. Il ne parle pas, n’a rien à dire, n’exprime rien.

Nouvelle . Architecture . Ecole est une architecture morte - une autre architecture est-elle possible? Elle est seulement pur espace et espace pur. 

-L’école trouve sa place, a trouvé sa place. Un schéma abstrait et connu qui a trouvé sa place, comme un marteau peut trouver sa place.

-La situation pédagogique est la situation dans laquelle on est confronté, plus que jamais, avec le désir de trouver un contact, le désir de pouvoir se toucher avec la conscience, en même temps, que ce contact sera toujours impossible. C’est cette situation qui est rendue explicite et recherchée dans Ecole . Nouvelle. Architecture.

-Nouvelle . Architecture . Ecole est un espace pour des êtres singuliers, qui n’appartiennent pas à un type ou à un peuple, qui ne forment pas une communauté, qui savent qu’ils ne sont que des individus. 

-Dans Nouvelle . Ecole . Architecture, l’étranger trouve sa place.

-Architecture. Ecole . Nouvelle perpétue l’étrangeté.

-Nouvelle . Architecture . Ecole est un lieu public sans programme. Le plan d’Ecole . Architecture . Nouvelle n’est pas du tout original, ne peut pas être original. 

-Par les fenêtres - coupées dans des murs ou coupées dans la forêt, on peut voir le bleu du ciel.

-Les étrangers, les passants déambulent sur les sentiers, qu’on pourrait appeler les « couloirs » de cette école. 

-Cette école nous confronte avec notre étrangeté.

-Dans Architecture . Ecole . Nouvelle, pas de cours mais des balades, des balades répétées, très souvent les mêmes balades.

-Dans Ecole . Nouvelle . Architecture, on parle publiquement. Parler publiquement signifie : on se tait. Etre. Etre silencieux.

-Le diplôme d’ Architecture . Nouvelle . Ecole est téléchargeable. On peut le télécharger avant de commencer les études. Il est à signer par celui qui se considère comme étudiant, évidemment pas par le professeur, ni par la direction, ni par l’administration. Il n’y en a d’ailleurs pas. C’est important que le diplôme soit accessible à tout le monde : de cette façon, le diplôme ne vaut rien, n’a aucune valeur économique. On se débarrasse, dès le début, de ceux qui font des études comme des comptables.

-Dans Nouvelle . Ecole . Architecture, on parle par l’espace, c’est-à-dire on voit de temps en temps que plusieurs personnes y bougent d’une manière identique, qu’ils y font exactement les mêmes gestes.

-Nouvelle . Architecture . Ecole est avant tout un lieu, un endroit qui s’est révélé après l’avènement de la condition digitale. 

-L’architecture, c’est l’affirmation d’un espace. On affirme un espace, un lieu déjà existant, par l’architecture.

-Parfois, l’architecture à Nouvelle . Ecole . Architecture fait penser à des ruines spacieuses, des  endroits où des gens sont revenus, pendant des siècles. Des gens qui appartenaient à des cultures ou des religions très différentes. Des gens avec des convictions qui n’avaient plus rien à voir avec les convictions et les idées de ceux qui avaient aménagés ces endroits, de ceux qui avaient vu et choisi ces endroits. Les bâtiments, mais encore bien plus la terre, qui y est dure, battue par les pieds de ceux qu’y sont passés, l’herbe souvent broutée par des animaux herbivores, presque toujours des chevaux. Ce sont des lieux définis, des lieux érotiques, des lieux de tension, des lieux de haute tension.

-Dans Architecture. Nouvelle . Ecole, il y a le moins d’objets possible.

-Dans cette architecture on est tous étrangers. Il n’y a pas d’objets qui peuvent nous donner l’impression - ou mieux dit, l’illusion - d’être chez soi.

-Nouvelle. Ecole . Architecture est un refuge, offre une protection pour être capable de supporter la confrontation et en même temps renforce la confrontation.

-Nouvelle . Ecole . Architecture est un short story.

-Il n’y a pas de décoration à Architecture . Ecole. Nouvelle, pas de moulures, pas de motifs, pas non plus une exposition de vieux outils. Les quelques outils qu’on y trouve sont utilisés, servent et trouvent leur place. C’est probablement le seul plaisir de la vie humaine que de trouver un outil, la faux ou la serpe, au bon endroit.

-« Inter faeces et urinam nascimur » disait Saint Augustin : on est né entre pisse et merde. Les toilettes sèches ont trouvé un endroit éminent et évident à Nouvelle . Ecole . Architecture.

-Dans Nouvelle . Ecole . Architecture on entretien l’espace : entretenir l’espace plutôt que le créer. On dé-couvre l’espace qui a été négligé depuis des décennies.

-Dans Nouvelle . Ecole . Architecture on fait de la place ; c’est-à-dire on laisse de la place. L’individu se retire pour laisser de la place. Il essaie de ne pas prendre de la place, il évite de remplir l’espace avec des objets qui lui appartiennent, il évite de privatiser l’espace. L’espace vidé d’objets personnels est accueillant.  

-Le travail y est répétitif et éternel, le travail qu’on ne peut photographier.

-Dans Architecture . Nouvelle . Ecole les mains sales ont laissé leurs empreintes. Les mains sales de différentes personnes ont été posées au même endroit. Elles ont laissé leurs traces, se sont jumelées pour devenir une tache commune, une trace commune, une tache qui indique et explique l’usage de la porte, de l’espace. Sans rien dire, plusieurs personnes ont touché le même endroit.

-La honte et la culpabilité sont les sentiments qui résument la relation entre l’homme et la société. Ils se reflètent et sont intériorisés dans Architecture . Nouvelle . Ecole.

-Les produits que l’on achète pour la survie sont transvasés dans des containeurs. Il n’y a pas de logos dans cette architecture.

-L’architecture de Nouvelle . Ecole . Architecture n’est pas flexible dans le vrai sens du mot. Ce sont des espaces définis. Définis par le temps, surtout. Un endroit pour un objet : un crochet pour accrocher la scie et rien d’autre. Un espace pour une action : la cuisine pour cuisiner et rien d’autre.

-Architecture est l’art de se taire - de nouveau un verbe pronominal - le sens réfléchi . Architecture est le langage du silence. Le langage de ceux qui se taisent, de ceux qui peuvent être avec (très) peu de choses.

-Dans la Nouvelle . Ecole . Architecture, on parle par l’espace, en étant au même moment dans le même espace : des individus séparés, dans le même espace, au même moment.

-Dans cette architecture, on fait de la place en se baladant, en travaillant silencieusement. Ce qui veut dire en parlant publiquement. Quand on se tait, on peut entendre la montagne, la ligne à haute tension, l’avion, la cascade, la buse, le monde.

-Fukuoka: «Je peux bien parler d’action non-intentionnelle et non-méthodique, mais évidemment, il y a une sagesse qui se développe dans le temps, durant la vie quotidienne ». 

-Dans cette architecture, il faut trouver les solutions archétypiques. Laisser les choses se trouver leurs places : une étagère pour les chaussures, seulement pour les chaussures, l’espace archétypique pour manger, pour cuisiner, pour pendre les vestes. On a besoin de très peu d’objets pour être capable de persister dans cet espace public. Les quelques objets dont on a besoin doivent trouver leur place dans cet espace. Les objets trouvent leur place spécifique : l’endroit pour le marteau n’est pas l’endroit pour les chaussures. Cette architecture n’est pas unique, n’est pas originale, n’est pas pensée par une personne et encore moins par un bureau. Cette architecture a trouvé sa forme définitive par une connaissance de l’environnement à travers les siècles. 

-Dans l’espace archétypique, le temps non occupé, non productif trouve (sa) place.

-On n’est pas chez soi, on ne se sont jamais chez soi dans Architecture . Nouvelle . Ecole. On n’est pas à la maison dans Ecole . Nouvelle . Architecture.

-Nouvelle. Architecture . Ecole est une continuation, un prolongement de ce qui a toujours été, mais qui était souvent caché, caché par l’activité humaine ou par la nature.

-L’architecte est absent dans Ecole. Architecture . Nouvelle

-Un homme bouge dans le paysage enneigé. Il est seul. En bougeant dans la neige profonde, il fait une trace. Il trace, lentement. Sa trace n’est jamais une ligne droite. Son corps sent et comprend, en même temps, l’espace. Il incorpore le paysage, l’endroit, le lieu, l’espace. La gravité le dirige, le force à tenir le point de gravité entre ses deux pieds. Ses pieds sentent le terrain en pente. A chaque mouvement, les pieds semblent prendre des décisions très rapides. Il est impossible de les reconstruire ou même de les comprendre. L’homme veut évidemment que la distance entre l’endroit où il se trouve et l’endroit où il veut aller soit la plus courte possible. Le corps veut qu’il tienne le point de gravité entre ses deux pieds, pour qu’il ne glisse pas. L’homme qui avance sur la pente enneigée laisse une trace. D’autres gens vont suivre cette trace. Ces gens-là auront sans doute une physionomie complètement différente. Ils vont néanmoins suivre la trace du premier. Nous traçons exactement comme les animaux. Les traces sont ce qu’on a d’animal en nous. Quand nos traces sont « bonnes », les animaux les « approuvent » en les utilisant et en les renforçant. On va quelque part. Le lieu où on va attire la trace. La trace crée le lieu. Nous traçons, nous suivons des traces, nous lisons des traces. En traçant, en laissant des traces, on fait de l’espace public. Tracer le terrain, tracer l’espace. Les traces sont le matériel de l’espace public. Les traces sont le seul matériel de l’espace public, le seul vrai matériel du vrai espace public. La forêt pourrait peut-être être une « non-place », un non-lieu. Mais une forêt avec des sentiers et des éclaircies est de l’espace, de l’espace fait par l’homme, première définition d’architecture.

-Masanobu Fukuoka disait dans The one straw revolution : « L’humanité ne sait rien du tout. Il n’y a pas de valeur intrinsèque et chaque action est un effort sans sens et futile ». Il a certainement raison.

-Ces caractéristiques se sont installées dans Architecture . Nouvelle . Ecole, elles y sont apparues. Elles n’étaient pas connues dès le début, n’étaient pas conceptualisées avant de commencer avec Architecture . Nouvelle . Ecole. Elles se sont installées, dirigées par le comportement et le goût de ceux qui y viennent, par le terrain, par la géologie, par le paysage, par le temps.

 

 

 

 

 

Membres

Archives du blog